Accueil

Notre équipe

Bulletins et
  archives

Combats
Serres d'Auteuil >

Rechercher

Participez !

Les serres d'Auteuil
Photo Jacques Demarthon (AFP) pour Liberation

 

Les Serres d’Auteuil à l'agonie*

* lire-ci dessous commentaire sur ce titre
 
12/11/16 - Patrimoine - Serres d’Auteuil - " La justice, c’est comme la sainte Vierge. Si on ne la voit pas de temps en temps, le doute s’installe ". Cette phrase, que Michel Audiard fait dire à Philippe Noiret dans l’excellent film Pile ou Face de Robert Enrico, Alexandre Gady nous la rappelle dans deux chroniques à propos de Roland-Garros, publiées dans L’Estampille-L’Objet d’Art et dans la revue de son association Sites et Monuments.

Encore ne connaissait-il pas la énième péripétie judiciaire de l’affaire de Roland-Garros, la plus dramatique peut-être. Alors que les serres chaudes sont désormais détruites, que des dizaines d’arbres rares et précieux ont été coupés sans que l’affaire ait été encore jugée sur le fonds par le Tribunal administratif, les héritiers
Un arbre du jardin botanique des Serres d’Auteuil
coupé lors du chantier d’extension de Roland-Garros
Photo : Sites et Monuments
Formigé, qui se battent de manière désintéressée pour faire respecter le droit moral de leur ancêtre viennent de perdre en première instance devant le Tribunal de Grande Instance de Paris.
Nous ne dirons rien du jugement qui considère que le droit moral de l’architecte n’est pas bafoué par la construction, à quelques dizaines de mètres des grandes serres, et sur le jardin conçu par Camille Formigé, d’un court de tennis de 5000 places. On peut seulement s’étonner de cette décision même si elle ne constitue hélas pas une surprise.
En revanche, on avoue son incompréhension devant la condamnation des héritiers de l’architecte à payer 40 000 € de frais de justice à la richissime Fédération Française de Tennis… Inutile de dire que le droit moral des architectes est mort avec cette décision car personne ne voudra désormais prendre le risque d’attaquer en justice sur ce motif ?

Un seul espoir, très mince il faut l’avouer, demeure pour contrer la construction du stade : que le Tribunal administratif, lors de son jugement qui aura lieu en janvier, juge que le permis de construire était effectivement illégal et interrompe une fois de plus les travaux. Mais ne nous faisons pas trop d’illusion : toute procédure devant le tribunal administratif se termine devant le Conseil d’État, dont nous avons déjà écrit à plusieurs reprises ici ce qu’il faut en penser.
Il est très probable, désormais, que le jardin des Serres d’Auteuil sera annexé par Roland-Garros, malgré l’indignation très large des Parisiens, de l’ICOMOS, des associations, et de tous les amoureux du patrimoine. Il faudra cependant se rappeler qui sont les vrais responsables de ce vandalisme, à savoir les différents gouvernants qui se sont succédé : les Présidents de la République Nicolas Sarkozy et François Hollande, les maires de Paris Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo, les différents "ministres de la Culture" depuis Frédéric Mitterrand, et le Premier ministre Manuel Valls, qui a accordé les permis de construire.
* Commentaire sur le titre
par Lise Bloch-Morhange, porte parole du Comité de soutien des Serres d’Auteuil
Le 18 novembre à 15:57, par Lise Bloch-Morhange
En réponse à : Le jardin des Serres d’Auteuil à l’agonie
Non Didier,
les Serres d’Auteuil ne sont pas à l’agonie, et la générosité des signataires de ma pétition SAUVONS LES SERRES D’AUTEUIL va sans doute nous permettre de continuer le combat devant le TGI comme devant le TA.
Comme le propose Philippe Nusbaumer sur le Forum, rendez-vous sur le site de ma pétition :
aller sur Google, taper Petition serres d’auteuil et cliquer sur Annonces en haut de la page.
Le combat doit continuer jusqu’au bout !!!!!!!!!!!!!!!
Lise Bloch-Morhange, porte parole du Comité de soutien des Serres d’Auteuil


Le 18 novembre à 16:03, par Didier Rykner
En réponse à : Le jardin des Serres d’Auteuil à l’agonie
Oui, c’est un titre choc, un peu trop choc même. Mais il y a des miracles. Et oui, il faut aller donner sur le site de la SPPEF pour poursuivre le combat.
Voilà le lien pour donner pour les Serres d’Auteuil : http://www.sppef.fr/donner/

 

Extraits des articles de Tennis Actualités :

Tennis Actu           La Famille Formigé plaide le respect des Serres et du jardin historique
Si la FFT ne prévoit que de supprimer des serres techniques et des "serres chaudes", qui abritaient des espèces tropicales déplacées, sans intérêt selon la FFT et datant des années 1950 afin de consrtuire le stade semi-couvert de 5000 places,
Vidéo RMCTV avec Lise Bloch-Morhange
Visionnage sur Daily Motion
les opposants, eux, s'inquiètent de la place symbolique que tiendront désormais les serres d'Auteuil. Elles ne seront plus, selon eux, que l'arrière plan du stade, ce qui dénaturera le site actuel : "Cela va devenir les jardins du stade"" s'indigne l'avocat de la famille Formigé. Un stade qui prendra alors toute la place : "Il va devenir l'élément central du jardin", "écraser les perspectives" et "dénaturer un jardin original à l'ordonnancement rythmé". Et Me Zagury de montrer, plans de 1898 à l'appui, que ces serres récentes étaient prévues dès l'origine. "Le nouveau bâtiment va être plus grand, plus important que le Palmarium, la serre principale. C'est comme si on mettait un mur à trois mètres de votre fenêtre" ajoute-t-il, analogie à l'appui.

          La FFT et la Mairie de Paris plaident le respect de l'esprit de modernité
La FFT, indignée, explique qu'il s'agit là de mauvaise foi : "La hauteur maximale du stade est de 8 mètres, alors que le Palmarium est à 16 mètres", conteste Me Julien Guinot-Deléry, "Le nouveau court a été conçu semi-enterré, entièrement bordé de serres, pour s'intégrer dans la plus grande harmonie au jardin". Il détaille ensuite tous les travaux de rénovation prévus, afin que le projet de Roland-Garros s'intègre au mieux à celui de Jean-Camille Formigé, ce que confirme l'avocat de la Mairie de Paris : "Si on soutient ce projet, c'est qu'on est convaincu qu'il ne porte pas atteinte à l'oeuvre de Formigé", d'autant, que, selon lui, les héritiers ne démontrent pas l'originalité du jardin, jetant aux orties l'argument de dénaturation du site : "Vous parlez d'ordonnancement, de rythme: une barre HLM peut être rythmée, en quoi est-elle originale?". La FFT renchérit alors, plaidant que la modernité de son projet serait en adéquation avec la modernité de Formigé, qui, rappelle Le Point, fut un ami de Gustave Eiffel et rappelle cette citation du bâtisseur des serres : "Vouloir tout conserver, sans discussion et sans choix, c'est du fétichisme.

Tennis Actu           L'interminable feuileton du chantier
C'est à plus rien y comprendre. Pendant que l'organisation de Wimbledon publiait cette semaine des photos de l'avancée du chantier de son deuxième toit sur le court numéro 1, le feuilleton de l'extension de Roland-Garros a repris de plus belle. Et alors qu'on pensait le projet enfin lancé après l'arrêt du Conseil d'Etat de ce lundi 3 octobre annulant la suspension du permis de construire délivré par la Mairie de Paris à la Fédération Française de Tennis (FFT) en juin 2015, le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris a ordonné ce jeudi 6 octobre la suspension des travaux, qui avaient à peine repris, en attendant de rendre une décision sur le fond. On est donc passé de la joie aux larmes en l'espace de 3 jours. La rédaction de Tennis Actu vous propose un retour sur le feuilleton de Roland-Garros et son extension afin d'apporter un éclairage sur une situation qui semble de plus en plus difficile à comprendre mais qui pourrait connaître un dénouement d'ici la fin de l'année 2016.

          La promo de la FFT pour le toit de Roland-Garros
Un chantier lancé en octobre 2015 puis suspendu à deux reprises, Roland-Garros et le chantier de son extension, c'est un feuilleton qui a repris de plus belle ces derniers jours. Alors que Wimbledon s'est doté d'un deuxième toit rétractable sur le court numéro 1, et que le tournoi parisien souffre de plus en plus d'être le plus petit des 4 tournois du Grand Chelem en superficie (11,16 hectares contre 20 pour Wimbledon, 18 pour l'US Open et 20 pour l'Open d'Australie), le projet d'extension et de modernisation de Roland-Garros est toujours bloqué dans une série de procédures judiciaires et administratives, dont nous vous proposons une synthèse. Petit rappel des faits. La FFT dispose du permis de construire pour la modernisation du Grand Chelem parisien depuis le mois de juin 2015 : la Marie de Paris avait alors accepté de lui délivrer après 3 avis favorables concernant le projet d'extension. Mais plusieurs associations avaient alors déposé des recours en justice en demandant la suspension du chantier - lancé en octobre 2015.

Tennis Actu           Roland-Garros - Guy Burgel : Respecter Roland-Garros
Pourquoi une telle rage dans les batailles juridiques qui opposent depuis 2011 la FFT et la Mairie de Paris aux opposants à l'extension de Roland-Garros ? Dans une tribune pour Libération, Guy Burgel, professeur de géographie à l'Université Paris-Nanterre, membre de l'Académie d'architecture, tente d'expliquer les raisons de cette crispation tout en se posant en faveur d'une autre solution que celle de la FFT, qui prendrait en compte selon lui la nécessité d'agrandir l'espace dévolu au tournoi de Roland-Garros tout en respectant les Serres d'Auteuil. La décision sur le fond du dossier sera rendue le 10 novembre par le TGI de Paris. La FFT, elle, avance qu'elle respecte le site tout en l'associant à la modernité du tournoi international. Tennis Actu vous propose de retrouver les arguments de Guy Burgel, opposé à ce projet.

          Le sport participe à la vie sociale et économique d’une nation et d’une capitale mondiale
Pourquoi les diverses parties se livrent-elles une telle bataille juridique depuis 2011 ? Le géographe livre son avis sur la question : "Si l’on veut comprendre l’enjeu d’un débat qui défraie la chronique judiciaire depuis plusieurs années sur l’avenir des

Reportage FR3 avec Agnès Popelin
préconisant la couverture du périphérique
Internationaux de France de tennis, il est nécessaire de distinguer quatre points de vue" explique-t-il pour le quotidien. "Le premier intéresse la place du sport de haut niveau dans la société contemporaine". Guy Burgel reconnaît l'importance de ce sport de haut niveau : "Contrairement à beaucoup d’intellectuels, qui soulignent ses dérives mercantiles, je pense qu’il participe à la vie sociale et économique d’une nation et d’une capitale mondiale comme Paris. Roland-Garros, avec ses foules, ses engouements communicatifs, ses champions mythifiés, fait partie de "l’avantage métropolitain" de Paris." Si la question d'une délocalisation s'était posée, à l'image de Flushing Meadows, le géographe estime qu'elle n'était pas la bonne solution : "A l’étroit, porte d’Auteuil, fallait-il qu’il y reste ? Là encore, les adeptes de la "ville émergente" n’ont pas manqué pour proposer de desserrer la compétition dans la périphérie, à l’instar de l’US Open à Flushing Meadows. Mais New York n’est pas Paris, avec sa centralité historique. Pour des raisons autant symboliques de continuité que fonctionnelles, surtout d’accessibilité, Roland-Garros devait rester porte d’Auteuil."

          Un projet qui soustrait des usages sociaux au lieu d'en rajouter
Si le problème n'est donc pas d'avoir gardé Roland-Garros Porte d'Auteuil, quel est-il ? Eh bien, c'est le choix du lieu sur lequel le tournoi, une fois agrandi, s'étendra. En effet, plaide-t-il, ce choix va supprimer des usages de l'espace qui existaient, au lieu d'en rajouter. C'est donc, sociologiquement, une mauvaise option si l'on en croit l'auteur de cette tribune : "Le site d’extension choisi est le pire qui soit en zone d’urbanisation dense. Chasser des implantations sportives scolaires pour construire le Centre national d’entraînement de la Fédération française de tennis (FFT), empiéter sur un jardin historique classé pour un court semi-enterré de 5 000 places est un non-sens urbanistique. En pareille situation, il faut s’efforcer de créer du sol urbain pour ajouter des fonctions, au lieu de soustraire des usages sociaux existants."

          Un autre projet, alternatif : recouvrir l'autoroute
Guy Burgel estime que pourtant : "l’alternative existait : recouvrir les infrastructures autoroutières à ciel ouvert, attenantes au site actuel. Malgré le surcoût, mesuré, du projet, et les craintes phobiques des tunnels autoroutiers avancées par certains, c’était un investissement d’avenir pour tous, le tennis, la ville, l’environnement. Il nous aurait épargné bien des développements hasardeux sur les rapports de la modernité et du patrimoine. Evidemment, sous peine de devenir une ville fossilisée et muséifiée sous son histoire architecturale, une ville doit évoluer, se transformer, mais pas dans n’importe quelles conditions."

          Burgel attaque la FFT et la Mairie de Paris
Dans sa tribune, Guy Burgel attaque la FFT, qui, selon lui, voudrait à terme annexer les serres : "le manque d’ambition d’une Fédération incapable de voir ses intérêts à long terme, en choisissant de fractionner ses nouvelles implantations, sauf à lui prêter l’intention perverse d’annexer à terme l’ensemble du jardin des serres d’Auteuil", mais également la Mairie de Paris : "Les démêlés judiciaires actuels ne sont que le résultat de l’effacement d’un pouvoir municipal, qui de la piscine Molitor aux serres d’Auteuil s’est montré ici peu soucieux de l’usage social des lieux. Il est toujours regrettable de demander au juge de trancher les faiblesses de la décision politique. La financiarisation de la ville n’explique pas tout."

Tribune de Jean François Loyer

en réponse à l'article de Paul Chemetov dans "Libération".

Que le stade des Internationaux de Tennis souhaite s’agrandir, nul n’en doute. Il n’est pas acceptable, en revanche, que ce soit au détriment des Serres d’Auteuil. Edifiées sous la IIIe République par un architecte de premier plan, elles sont en tout point
Photo Eric SEGARD (AVQPMD)
exceptionnelles. La modernité d’une composition fondée sur l’ampleur du vide et la valorisation du site n’a pas d’équivalent : chacun se plait à reconnaître que le paysage est enchanteur, la scénographie magistrale, l’écriture monumentale d’une impressionnante sobriété. Remplacer les serres techniques qui en sont partie prenante par un stade de 5.000 places défigurerait irrémédiablement l’ensemble.

Comment pourrait-il résister, en effet, à la masse écrasante d’arènes de béton aussi hautes que son pavillon central ? Le point de vue de Paul Chemetov, passant sous silence le stade pour évoquer son enveloppe de nouvelles serres " accordées à la hauteur des serres historiques d’Auteuil ", fait fi de la différence d’échelle voulue par Jean-Camille Formigé entre le Palmarium, au bout du tapis vert, et l’étendue des couvertures de verre propres aux serres basses. Qualifier ces dernières d’ " abris en alu et plastique " relève d’une volonté de dénigrement : un tel point de vue ignore sciemment la force de la composition, pour ne s’attacher qu’à des détails médiocres et sans importance.

L’argumentaire que développe Chemetov n’est pas plus franc. La célébrité médiatique de l’auteur du projet actuel lui paraît suffisante pour justifier la dénaturation d’un site patrimonial protégé à plusieurs titres. A mon sens, c’est un comportement de philistin de détruire la culture dont on a eu la chance d’hériter. Les protestations répétées des associations défendant le site du Bois de Boulogne seraient-elles sans valeur ? Ce n’est pas en jetant l’anathème contre ceux qui osent affronter le pouvoir des lobbies du sport qu’on pourra rendre supportable la défiguration d’un ensemble patrimonial d’aussi grande qualité.

" Conserver, c’est transformer " : l’argument plaît aux architectes, pas à l’opinion. Imagine-t-on sérieusement de découper une toile de Gauguin pour en intégrer des fragments à une œuvre contemporaine, au motif que cela la rendrait plus actuelle ? M. Chemetov lui-même, auteur d’un ministère des Finances qui sent bon le colbertisme, verrait-il d’un bon œil que son œuvre soit altérée afin de limiter la violence de l’impact qu’elle a eu sur les bords de Seine ? C’est pourtant ce qu’on serait tenté de proposer aujourd’hui, ne serait-ce que pour limiter les prétentions d’une architecture asservie aux ambitions hégémoniques de l’Etat ou du grand capital.

Peu importe que l’auteur du projet de la FFT soit Marc Mimram ; Jean-Camille Formigé le vaut bien, au regard d’une histoire moins immédiate que celle de l’actualité. Pour nous, le combat pour les serres d’Auteuil n’est pas celui du bourgeois du XVIe arrondissement contre le sport international (ils ne nous intéressent pas plus l’un que l’autre) ; il est celui d’une opinion
Photo Eric SEGARD (AVQPMD)
qui, toutes classes confondues, s’acharne à défendre la richesse d’une culture menacée par la montée en puissance des intérêts privés. Faudra-t-il que le Bois de Boulogne connaisse le même sort que le Forêt de Bondy pour qu’on s’en aperçoive ? Laissons vivre cette perle de l’architecture moderne du XIXe siècle, en plein XXIe siècle. Elle nous apportera autre chose que l’arrogance du monde qui se construit impunément autour de nous.
Paris le 20.10.2016
François LOYER
Grand Prix du Patrimoine

Derniers liens concernant la suspension des travaux de Roland Garros :
Sent: Thursday, March 24, 2016 7:10 PM
Subject: COMMUNIQUE FFT - La FFT réagit à la décision du tribunal administratif de suspendre les travaux du court dans le jardin des Serres d’Auteuil
Objet : COMMUNIQUE FFT - La FFT réagit à la décision du tribunal administratif de suspendre les travaux du court dans le jardin des Serres d’Auteuil

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

La FFT réagit à la décision du tribunal administratif de suspendre les travaux du court dans le jardin des Serres d’Auteuil
 
 
La Fédération Française de Tennis prend acte de l’ordonnance du tribunal administratif de Paris de suspendre les travaux de construction du Court dans le jardin des Serres d’Auteuil.
La FFT vient évidemment de se pourvoir en cassation à l’encontre de cette décision, afin de s’en remettre à la décision du Conseil d’Etat.
 
Certes, cette suspension des travaux participe des aléas des projets de cette ampleur, comme cela a été le cas pour la Samaritaine, la Fondation Vuitton ou le stade de l’Olympique Lyonnais. Mais la FFT déplore vivement de constater qu’une fois encore malgré l’accord unanime de toutes les instances officielles consultées dans le cadre de l’instruction des permis de construire, dans lesquelles siégeaient nombre de personnes qualifiées et d’experts en matière d’environnement, de protection du patrimoine, des sites et des paysages, l’indispensable modernisation du stade Roland-Garros soit ralentie par des recours contentieux qui retardent l’avènement d’un projet réconciliant la ville, le sport et la nature.
 
La FFT rappelle à toutes fins utiles que les Serres historiques de Jean-Camille Formigé ne seront pas détruites mais entièrement préservées et que le jardin qui jouxte le périphérique sera embelli par ce nouvel équipement conçu par Marc Mimram, comme l’a confirmé l’avis de l’architecte des Bâtiments de France. Ces nouvelles serres participeront de l’indispensable rénovation du Jardin botanique de Paris.
 
La FFT souligne également que, dans un contexte où l’argent public se fait rare, elle finance à 95% la rénovation du stade Roland-Garros, grâce aux revenus du tournoi, lequel génère chaque année près de 300 MEUR de retombées économiques* pour l’agglomération parisienne et permet le financement du tennis amateur en France.
 
Elle déplore profondément que les opposants au projet s’entêtent à proposer des alternatives qui se sont avérées de fausses bonnes idées d’un point de vue opérationnel, juridique, environnemental, lesquelles sont de toutes façons disqualifiées en raison de surcoûts exorbitants impossibles à financer. Et souligne qu’entretenir l’idée d’une couverture de l’A13 est illusoire puisque tous les débats d’experts et toutes les études ont démontré que la création d’une continuité nouvelle entre le site de Roland-Garros et le Bois de Boulogne serait totalement inacceptable pour tous les défenseurs du Bois et en particulier pour les services de l’Etat en charge de sa préservation.
 
Elle réaffirme l’importance de ce projet pour l'avenir de son tournoi du Grand Chelem, pour le tennis français et plus largement pour l’image de la France, et ce alors même que Paris s’est portée candidate afin d’organiser les JO 2024 en s’appuyant précisément sur la richesse des infrastructures, dont le nouveau Roland-Garros serait un atout majeur.
 
Depuis plus de 10 ans la FFT s’est attachée à étudier toutes les options possibles pour la modernisation de son stade et ce dans un esprit de concertation souligné comme exemplaire par le rapport d’enquête publique, permettant ainsi à son projet d’évoluer et de franchir toutes les étapes politiques et administratives préalables à sa réalisation. Alors que la Fédération de tennis américaine sera à même de livrer en 2016 le toit de son court central moins de trois ans après en avoir décidé, la FFT reste plus que jamais déterminée à faire aboutir au plus vite son projet d’intérêt national qui contribuera au rayonnement de Paris et de la France.
 
* Source Etude BIPE 2013

 

ARCHIVES

  • Manifs 2015 Photos de Jan Wyers et Tristan Fleurquin
  • Manifestation du 21 mars 2015 reportage de Didier Rykner.
  • Article de Libération   sur les conditions d'Anne Hidalgo
  • A l’ouest de Paris, dans le bois de Boulogne, il existe un site exceptionnel ouvert toute l’année au public, classé Monument naturel, et dont chaque centimètre du sol est inscrit à l’inventaire des Monuments historiques: ce Jardin botanique centenaire mérite d'être protégé plutôt que détruit pour quelques journées d'un évènement bassement commercial.
    Photo Lise Bloch-Morhange
     
     
    Grand prix de la casserole parisienne
    Mardi 31 mai 2011
     
    EXTENSION DE ROLAND GARROS
    ou le massacre annoncé du Jardin des serres d’Auteuil
     
    Depuis un an, nous n’avons jamais eu la moindre concertation et le moindre dialogue avec la mairie de Paris sur l’extension de Roland-Garros sur les serres d’Auteuil.
    Les associations ont appris les visées expansionnistes de RG lors du tournoi de 2010: si la FFT choisissait de s’étendre sur place, elle se proposait de FUSIONNER avec les serres d’Auteuil plus que centenaires: construction d’un court de tennis de 5000 places à l’emplacement des serres chaudes et des serres de travail, annexion des 2 bâtiments en meulière classés pour créer un " espace de relations publiques ", et déambulation de quelque 50 000 personnes par jour à travers tout le jardin !
    La mairie de Paris était derrière cette grande première mondiale : proposer de
    Lise Bloch-Mohange
    Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo
    D'autre part cliquez ci dessous pour la pétition en ligne:
    www.petitions24.net/serresdauteuil
    construire un stade de sport dans un jardin botanique du type Bagatelle impliquant le massacre de 9 serres chaudes contenant 10 000 plantes tropicales et subtropicales !
     
    Devant le silence de la Ville, les associations se sont dit qu’il fallait alerter l’opinion en lançant la pétition SAUVONS LES SERRES D’AUTEUIL et en constituant un Comité de soutien des serres d’Auteuil, dont Françoise Hardy, grande amoureuse des jardins, a pris la présidence d’honneur. M’étant formé à la botanique comme jeune géographe dans les serres d’Auteuil, ma sève n’a fait qu’un tour !
    Devant le succès de la pétition qui s’est littéralement envolée, la mairie s’est affolée, et s’est lancée dans une stratégie de contre-vérités systématiques et incantatoires par médias interposés. Elle a écrit sur son site qu’il s’agissait d’une serre, une seule, lieu à l’abandon où s’étiolaient quelques fougères !
    Devant le relai médiatique accordé à l’affaire des serres d’Auteuil, loin d’instaurer un dialogue, la Ville de Paris s’est enferrée dans ses mensonges : Anne Hidalgo, " la voix de son maître ", écrivant dans LE MONDE du 2 février que les serres " historiques " n’étaient pas concernées, qu’il s’agissait de serres en plastique, et que les collections déplacées seraient abritées au parc Floral de Vincennes. Elle avait tout faux ! Elle terminait en disant que les serres d’Auteuil se trouveraient EMBELLIES ! Transformer un massacre en embellissement, il fallait le faire !
     
    Toujours pas le moindre signe de concertation quand est venu le jour du vote de la FFT, le 13 février dernier, sur les 4 sites sélectionnés dont les serres d’Auteuil. La semaine précédent le vote, le maire s’était même livré à la grande braderie des soldes, au mépris des règles, puisque le dossier de candidature était clos: il accordait la concession des deux bâtiments en meulière classés non plus uniquement pendant le tournoi mais pendant 99 ans ! Sans oublier une subvention de 20 millions d’euros et autres gentillesses.
    Et lors de la conférence de presse conjointe avec le président de la FFT du 21 mai dernier, le maire s’est dit " heureux et déterminé ", répétant pour la énième fois la fable de " l’embellissement " de Paris. Pourtant un sondage du PARISIEN de samedi dernier montre 58% de gens hostiles au projet d’extension de Roland-Garros !
    A aucun moment, depuis un an, le maire n’a écouté les protestations des 45 000 signataires de la pétition et du Comité de soutien. Il s’est enferré dans ses contre-vérités. Il existe pourtant d’autres solutions que le massacre des serres. Pourquoi est-il incapable de les entendre ?

    Jean-Louis Tissier, Comité de soutien des Serres d'Auteuil


    Archives

    (Cliquer sur chacune pour agrandissement)
    Photo Eric SEGARD (AVQPMD)
    Photo Eric SEGARD (AVQPMD)
    Photo Eric SEGARD (AVQPMD)
    Photo Eric SEGARD (AVQPMD)
    Photo Eric SEGARD (AVQPMD)
    Photo Eric SEGARD (AVQPMD)
    Photo Eric SEGARD (AVQPMD)
    Les photos ci-dessus sont d'Eric SEGARD (AVQPMD),

    Ars Mobilis Serres d'Auteuil accueillant les Solistes d'Ars Mobilis

    Rejoignez-nous, nous avons besoin d'adhérents actifs pour lancer l'alerte à temps!
    Cotisation donnant droit à notre bulletin trimestriel : 50 €. /an.
    Membre bienfaiteur : 100 €. ou plus.
    Etudiants et chercheurs d'emploi : 10 €.
    Pour écrire et envoyer vos chèques : S.O.S. Paris 103, rue de Vaugirard,  75006 PARIS
    ou utilisez PayPal pour payer en ligne .   .   .   .     Adherez à S.O.S. Paris !
    Rechercher
    Ecrire au webmestre